Nouvelle catégorie du Comex : un sauvetage déguisé de HSBC ?

0
971
Trading comex

Dans notre article d’hier, nous avons parlé de la nouvelle catégorie d’or du Comex, l’or engagé (pledged gold), qui sert à garantir des positions sur marge. Selon Dave Kranzler, et sur base du recours à cette nouvelle disposition, cette mesure pourrait faire office de sauvetage déguisé de HSBC :

Le 4 novembre, les traders ont reçu l’autorisation de la part de la New York Commodities Exchange de tripler leur recours au ‘London gold’, et à l’or engagé (de 250 à 750 millions de dollars). HSBC a désormais utilisé cette facilité à concurrence de 340 millions de dollars, soit presque la moitié du plafond autorisé. À moins que cela soit une coïncidence, il est curieux que HSBC ait autant saisi cette opportunité, et aussi vite.

Selon moi, ce changement de règle est un renflouement de bas étage de HSBC. Il n’est pas sans rappeler le renflouement de bas étage de la FED avec ses opérations de repo de type assouplissement quantitatif. Ce changement de règles montre également que HSBC est probablement le plus gros acteur de la catégorie COT (engagement des traders).

En partant du principe que HSBC a ouvert des positions short à des prix bien plus bas, ce qui est probable, la banque fait probablement face à une grosse perte. Mais il y a une question plus importante qui se pose, et à laquelle nous n’aurons probablement jamais la réponse : est-ce que cet or déposé en garantie appartient bel et bien à HSBC ?

Mon opinion est qu’une grande partie de ces lingots appartient à ses clients. Je me demande également si les accords signés avec les opérateurs des coffres du Comex leur permettent d’hypothéquer de l’or qui ne leur appartient pas.

Voici quelque chose d’encore plus intéressant. Admettons que HSBC a bien d’énormes positions short qui sont couvertes par de l’or physique qui ne lui appartient pas. Que se passera-t-il si l’or se remet subitement à grimper fortement ? La HSBC serait techniquement morte vu qu’elle serait contrainte de céder des actifs qui ne lui appartiennent pas.

HSBC est probablement étranglée de façon significative avec ses positions short sur les marchés à terme or du Comex. Le CME lui a donc peut-être offert une bouffée d’oxygène en changeant ses règles.

Source