Paul Tudor déserte les actions pour privilégier les actifs tangibles

0
1212
bourse

Les actions sont toxiques en ce moment, les seules choses qui valent la peine d’être détenues sont les matières premières et les actifs tangibles, ou du liquide. Voici ce qu’a déclaré à Goldman Sachs le gestionnaire de hedge fund légendaire Paul Tudor après une baisse prononcée des marchés actions qui a vu le Dow Jones plonger de 420 points supplémentaires à la clôture jeudi dernier.

En début de séance, le lendemain, les choses s’empiraient alors que Trump venait d’annoncer la mise en place de droits de douane très élevés sur les importations d’acier et d’aluminium dès la semaine prochaine, malgré le fait que les économistes aient prévenu que cela ferait un grand tort à l’économie américaine.

Ces craintes n’ont rien à voir avec l’acier en lui-même : elles découlent plutôt de la peur d’une dérive mondiale vers le protectionnisme qui serait négatif pour les multinationales. Le sentiment morose qui s’est emparé du Dow Jones a pris directement sa source dans ces craintes, ce qui a engendré la baisse de l’indice que nous avons connue.

S’adressant à Goldman Sachs, Paul Tudor Jones a principalement blâmé ce que les investisseurs craignent le plus pour le moment : l’inflation.

« Nous sommes en train de préparer le terrain pour une accélération de l’inflation, tout comme nous l’avons fait à la fin des années 60 », a déclaré Jones, critiquant les baisses d’impôts pour les entreprises et les dépenses généreuses prévues par le Congrès américain. La combinaison des 2 mesures signifie un déficit budgétaire de 5 % du PIB, a déclaré Jones, qualifiant ce trou de « sans précédent en temps de paix et en dehors d’une période de récession ».

À moins de financer une guerre telle que celle du Vietnam, ce n’est pas ainsi que les choses doivent être faites, en principe, a déclaré le gestionnaire légendaire à Goldman. Il prédit une augmentation de l’inflation qui provoquera la panique chez les investisseurs dans les marchés actions.

Jones a déclaré qu’il n’achèterait des actions que lorsque le déficit sera de 2 %, par 5, et lorsque les taux réels à court terme ne sont pas négatifs. C’est pourquoi aujourd’hui il préfère les matières premières, les actifs tangibles et le cash. Et tandis que les bulls comme les bears perdent beaucoup d’argent sur les marchés actions, les actifs tangibles semblent de plus en plus attractifs.

Le nouveau président de la FED Jerome Powell fait face à une tâche très difficile. Jones l’a comparé au général Custer dans les dernières heures de la bataille de Little Big Horn, « cerné par une horde de guerriers menaçants ».

« À gauche du champ de bataille on a les actions, le S&P500, le Russell et le Nasdaq, qui ont gonflé par rapport à la taille de l’économie à leur niveau le plus élevé non pas dans l’histoire américaine, mais de l’histoire mondiale… Au milieu, nous avons l’armée de la dette d’entreprise, qui est également à son plus haut historique… et à droite nous avons les combattants du marché des changes, sans oublier la tribu des cryptos. Toutes ces forces se sont retrouvées sur le champ de bataille en raison des expérimentations monétaires à base de taux réels négatifs durant des périodes prolongées. Powell regarde donc derrière lui pour organiser une retraite. Mais derrière lui il y a le peuple de l’inflation, mené par la catégorie la plus bagarreuse de toutes : les matières premières. »

Article de Jan Bauer, publié sur SafeHaven.com