Pénurie d’or : que se passe-t-il ?

0
6103
Or

Lorsque la population s’inquiète pour l’avenir, elle se tourne vers l’or pour protéger son épargne. Cela a rarement été aussi vrai qu’aujourd’hui.

La hausse de la demande et les perturbations engendrées par la pandémie de coronavirus ont créé une pénurie de lingotins, les produits en or les plus populaires auprès des consommateurs. Ceux qui parviennent à mettre la main sur du métal doivent payer bien plus cher que le cours officiel des marchés de Londres ou de New York.

Certains marchands vont même jusqu’à contacter de façon désespérée leurs clients afin de voir s’ils n’ont pas des pièces ou des lingots d’or à vendre. Certains n’hésitent pas à payer plus cher que le cours officiel. D’autres ont tout simplement jeté l’éponge.

« Les gens veulent uniquement acheter de l’or, ils ne sont pas vendeurs », a déclaré Mark O’Bryne, fondateur de GoldCore, un marchand d’or basé à Dublin. « Nous avons une liste d’attente d’acheteurs. Nous avons envoyé des e-mails à nos clients pour voir s’ils sont prêts à nous vendre leur or. Actuellement, nous avons 1 ou 2 vendeurs pour 99 acheteurs. »

La taille des produits est l’une des grandes raisons de la pénurie. S’il y a beaucoup de lingots sur la place de Londres, par exemple, les banques et les institutions financières utilisent habituellement le format de 400 onces. Ce qui n’est pas pratique pour un citoyen lambda, vu qu’un tel lingot coûte environ 600 000 $. Les petits investisseurs préfèrent les lingots d’un kilo, les lingotins et les pièces d’or d’une once, voire moins.

Ces produits de détail sont difficiles à trouver pour plusieurs raisons. La première est bien entendu l’explosion de la demande. Mais il y a également des pressions du côté de l’offre, alors que la logistique est paralysée et que certaines raffineries et Monnaies ont cessé leurs activités en raison des mesures de confinement prises localement.

Les primes sur le marché de détail ont explosé, a déclaré Markus Krall, patron des opérations du marchand allemand Degussa. Le prix moyen de l’or en magasin est supérieur de 10 à 15 % par rapport au cours du jour, quelque chose de jamais vu. La demande est également à des niveaux jamais vus.

La prime dépend également des produits. Les lingots d’un kilo fabriqués par Heraeus, l’un des plus gros raffineurs suisses qui a fermé ses portes la semaine dernière, se vendent à un peu plus de 6 % du cours spot, selon Ronan Manly de BullionStar (Singapour).

« Nous sommes face à une situation sans précédent. L’énorme demande des particuliers et la déconnexion entre le prix de l’or physique et de l’or papier poussent les primes vers des sommets », a-t-il déclaré. Les cours de Londres et de New York « sont complètement déconnectés de la réalité sur le terrain ».

Source

Conclusion

Ces perturbations finiront tôt ou tard par se dissiper. La question à 1 000 francs est évidemment de savoir dans combien de temps, et à combien le cours de l’or officiel sera à ce moment-là. Bien malin est celui qui sait s’il est plus intéressant d’acheter aujourd’hui avec ces primes, ou d’attendre que la situation se régularise.