Le plus bas de l’or est-il derrière nous ?

0
1059
or

L’or a commencé à rebondir mercredi alors qu’une rumeur affirmant que Peter Navarro, critique de la Chine, avait été mis de côté par la Maison-Blanche et qu’il y avait des discussions à propos du commerce entre les États-Unis et la Chine à tous les niveaux de pouvoir. Le même jour, le président de la FED a fait des déclarations jugées fermes, mais que je trouve personnellement accommodantes. Il a notamment émis des craintes concernant la croissance mondiale et la faiblesse du marché immobilier américain.

Le rebond de l’or s’est poursuivi le lendemain après que des rumeurs aient été rapportées affirmant que le représentant du Commerce américain Robert Lighthizer aurait déclaré à des patrons d’industrie que l’instauration de nouveaux droits de douane avait été gelée, nouveau signe de détente entre les États-Unis et la Chine sur le commerce. Cependant, ces espoirs ont été à nouveau déçus alors que Lighthizer a lui-même démenti, tout comme le secrétaire au Commerce Wilbur Gross. L’or n’a pas bougé, même lorsque la rumeur affirmant que si le G20 n’allait pas trouver une solution définitive, il allait au moins reporter la mise en place de droits de douane de 25 %. Ce qui aurait probablement mené à une nouvelle dévaluation du yuan et à une baisse du cours de l’or.

Ensuite, le 19 novembre, deux membres de la FED, Kaplan et Clarida, ont exprimé des craintes concernant le ralentissement de la croissance mondiale et son impact potentiel sur l’économie américaine. Le Wall Street Journal a également publié un article affirmant que la FED devrait repenser sa hausse des taux de décembre. En résultat de cette attente d’une posture plus accommodante, le dollar a reculé et l’or poursuivait sa hausse.

Durant ces 3 jours, l’or est passé au-dessus d’un seuil de support Fibonacci important (1197 dollars). Il est désormais susceptible de clôturer au-dessus de 1224, un autre niveau majeur.

Comme d’habitude, tous ceux qui espèrent de voir l’or grimper montent dans le train de l’optimisme. Ils ont peut-être raison cette fois, mais il faut faire attention à plusieurs facteurs. Tout d’abord, permettez-moi de vous montrer mon scénario pour valider LE plus bas de l’or, après quoi nous assisterons à une hausse historique, selon moi :

Nouveaux droits de douane américains → dévaluation du yuan → krach des machés actions américains → inversement des politiques monétaires de la FED (pic du dollar) → baisse du dollar par rapport au yuan → hausse de l’or

Les nouvelles concernant le litige commercial entre les États-Unis et la Chine sont le facteur principal qui pèse sur le cours de l’or depuis le 11 avril, en raison de l’effet domino sur le yuan et de l’impact direct de celui-ci sur le cours de l’or en dollars. Pour faire simple, le risque de droits de douane plus élevés signifie un yuan plus faible, et donc un cours de l’or qui baisse.

C’est pour cela que j’affirme que l’or ne pourra pas grimper de façon significative tant que le taux de change entre le dollar et le yuan n’a pas atteint un pic pour ensuite baisser. Cela ne risque pas d’arriver tant que la guerre commerciale entre les États-Unis la Chine perdure, ou sans une baisse significative du dollar, particulièrement par rapport au yuan.

Vu que je ne crois pas à un accord de bonne volonté entre les États-Unis et la Chine, l’une des parties devra être forcée de céder, ou il faudra un dollar beaucoup plus faible, ce qui résoudrait le problème du déficit commercial américain. Je pense que le krach des marchés actions américains suivi d’un virage à 180 degrés de la FED permettrait d’atteindre cet objectif. (…)

La FED va continuer de relever ses taux jusqu’à ce que ça casse, et ce « ça » sera probablement la Bourse. Il n’y aura pas d’accord volontaire entre les États-Unis et la Chine. Le litige sera réglé par la force des choses. Il ne s’agit que de mon opinion, mais je crois qu’il est dangereux d’être trop optimiste pour le métal jaune en ce moment.

L’or va bientôt grimper, mais je ne suis pas convaincu que nous ayons déjà atteint le plus bas. Même si j’espère avoir tort.

Article de David Brady, publié le 16 novembre 2018 sur SprottMoney.com