Summers qualifie le discours de Bernanke de « dernier acte pour les banquiers centraux »

0
1551
dette

L’ancien secrétaire au Trésor Larry Summers a balayé l’optimisme de l’ancien président de la FED Ben Bernanke. Celui-ci a récemment déclaré que la banque centrale pourrait combattre la prochaine récession malgré le niveau peu élevé des taux actuels.

Le discours de Bernanke fut « une sorte de dernier acte pour les banquiers centraux », a déclaré Summers à l’occasion de l’enregistrement de l’émission de Bloomberg « Wall Street Week » de David Westin, dont la première aura lieu ce vendredi à 18 heures, heure de New York.

« Selon lui, les politiques monétaires seront suffisantes la prochaine fois, a déclaré Summers. Je pense que c’est très peu probable vu qu’habituellement, il faut baisser les taux de 5 % pour combattre une récession et qu’aujourd’hui, les taux sont inférieurs à 2 %. » Actuellement, l’objectif de la fourchette du taux directeur américain est fixé à 1,5-1,75 %.

Alors qu’il faisait un discours à la réunion annuelle de l’American Economic Association à Diego le 4 janvier, Bernanke a expliqué comment la FED pourrait combattre la prochaine crise. Les politiques d’achats massifs d’obligations (QE) ainsi que l’engagement à garder les taux bas pendant une très longue période via les indications prospectives (forward guidance) pourraient être utilisés de façon efficace si les taux devaient baisser jusqu’à zéro. Toutes ces mesures permettraient d’obtenir les effets découlant d’une baisse de 3 % du taux directeur, selon Bernanke. Summers n’est pas de cet avis.

« Je ne crois tout simplement pas qu’un QE et ces choses peuvent correspondre à une baisse de 3 %, on est loin du compte, a-t-il déclaré. Il faudra mettre de l’argent directement dans les poches des gens, ou recourir à des dépenses publiques directes. »

À l’occasion de cette même réunion, Summers a présenté un papier rédigé par l’ancien économiste en chef du FMI, Olivier Blanchard. Il propose que les gouvernements mettent en place des « dispositifs de stabilisation semi-automatiques ». À savoir des politiques qui augmentent automatiquement les dépenses publiques, via des baisses d’impôts temporaires ou des crédits, lorsque certains indicateurs économiques franchissent un certain seuil, par exemple le taux de chômage.

Larry Summers a également déclaré que les investisseurs ne devaient pas s’attendre à jouir des rendements qu’ils ont connus durant la décennie précédente. Et cela est surtout vrai pour les marchés actions, selon lui. « Vu que les taux d’intérêt sont beaucoup plus bas, et que la prime de risque est peut-être la même que par le passé, les rendements futurs seront substantiellement plus bas que ce que nous avons connu durant la décennie précédente », a-t-il déclaré.