Hier, l’or a clôturé la journée en hausse anecdotique d’environ un dollar. Par contre, l’argent s’est apprécié de 5 %. Les « dégénérés » de WallStreetBets l’avaient évoqué, ils sont passés à l’action. Le cours de l’argent a bondi, tandis que l’action First Majestic Silver a vu son prix exploser jusqu’à 19 $ alors qu’elle n’était encore qu’à 14 $ la veille. Nous allons nous concentrer aujourd’hui sur le phénomène WSB, car il est historique. Le mouvement Occupy Wall Street, c’est celui-ci. Au lieu de s’asseoir avec des pancartes de protestation, ces jeunes tapent là où ça fait mal.

Bref rappel des faits

WallStreetBets est un subreddit qui ne date pas d’hier. Sa création remonte à début 2012. Sur ce forum, des traders, de tous les horizons, partagent leurs idées, leurs pertes et leurs gains. Rapidement, le groupe développe sa propre culture, son langage. On ne se prend pas au sérieux, la philosophie du groupe gravite autour des mèmes et de l’autodérision. Cet humour cache une énorme colère envers les élites, particulièrement financières. Ils sont nombreux à se souvenir comment leur vie, ou celle de leurs parents, a été détruite après la crise de 2008. Une crise provoquée par les comportements irresponsables des banques, qui furent renflouées alors que Joe le plombier dut se débrouiller.

Le groupe n’était pas inconnu des investisseurs. Ses membres étaient perçus comme des idiots irresponsables. Si ce dernier qualificatif est opportun pour certains, le premier est plus discutable. Contrairement aux apparences, certains membres de WSB sont des investisseurs sophistiqués. Si ce n’était pas le cas, ils n’auraient pas mis à terre un hedge fund.

Le début de la guerre entre WSB et Wall Street

Cette guerre désormais de tranchées entre les traders de WSB et Wall Street a commencé avec le titre GameStop (GME). GameStop est une chaîne de magasins de jeux vidéo qui tente de trouver un second souffle. Depuis plusieurs mois, des membres de WSB développent une thèse « deep value » sur l’action. Ils croient dans le rebond possible de GameStop (à tort ou à raison). Ils se positionnent long. Ils découvrent ensuite que Melvin Capital, un hedge fund, a pris une position short massive sur ce titre. L’idée d’un short squeeze est évoquée. Le titre grimpe, cela dégénère. Melvin Capital est renfloué par 2,7 milliards fournis par Citadel. Wall Street est sous le choc : un hedge fund vient d’être annihilé par des robinhooders. Le short squeeze a si bien marché, pourquoi s’arrêter là ? La liste des titres les plus shortés circule, les actions concernées sont achetées à tour de bras, si bien que leur prix explose (Nokia, Koss, etc.).

La bataille dégénère

Dans les médias financiers traditionnels, la vieille garde s’offusque. Elle crie à la manipulation, en appelle à l’adoption de régulations pour empêcher ce genre de mouvements. Certains investisseurs prennent néanmoins la défense de WSB, comme Chamath Palihapitiya, Elon Musk ou Mark Cuban. Habitués à porter des coups en dessous de la ceinture, les hedge funds ne supportent pas d’être pris à leur propre jeu. Et en parlant de coups vicieux, ils sont portés hier dans l’autre sens. Des courtiers interdisent purement et simplement à leurs clients d’acheter les titres concernés. C’est notamment le cas de Robinhood, l’application censée démocratiser le monde de la finance. Vous pouvez vendre GME, mais pas acheter. Certains utilisateurs affirment également que la plate-forme a forcé la vente de leurs actions.

Robinhood se défend en affirmant que sa décision avait pour objectif de satisfaire ses obligations en termes de liquidités. Cependant, Citadel, qui pour rappel a renfloué Melvin Capital, est le plus gros pourvoyeur de fonds de… Robinhood. En effet, le business model très honnête de Citadel consiste à payer Robinhood pour avoir accès au carnet d’ordres de ses traders et utiliser ces informations pour devancer les marchés grâce à ses algorithmes de trading à haute fréquence.

La réaction ne se fait pas attendre. Actions en justice, océans d’avis négatifs sur les stores et sites d’avis… Robinhood se fait démolir. Même certains politiciens s’en sont mêlés, comme AOC . La pression fut telle que le broker permet à nouveau les achats de GME (limités à 5 actions, cependant) depuis ce vendredi. Cette concession est bien entendu jugée insuffisante. Les « gogols » de WSB se tournent vers d’autres brokers afin de continuer la lutte. Car plus que le profit, ils en ont fait désormais une affaire de principe. Quitte à perdre leur chemise.

Un combat noble

Les investisseurs dans les métaux précieux sont en principe aux antipodes de ceux de WSB. Personnellement, je pense que ce qu’ils font en général est totalement déraisonnable. Mais sur l’affaire GME, ils ont visé droit dans le mille. Par leurs actions qui frisent l’inconscience, ils ont révélé en plein jour le caractère malhonnête du système financier. Si vous êtes un hedge fund, vous pouvez massacrer un titre grâce à votre puissance de feu et faire beaucoup d’argent dans l’aventure sans que personne ne s’en offusque. Si des particuliers identifient une opportunité, comme un hedge fund peut le faire en s’attaquant à la stratégie d’un autre (cf. Herbalife et la bataille entre Ackman, Loeb et Icahn), c’est considéré comme criminel.

Cela fait des années que les politiques des banques centrales favorisent la hausse continue des prix des actifs, peu importe la situation économique sous-jacente. Ces soi-disant idiots l’ont bien compris et en profitent, pourquoi leur jeter la pierre ?

GME est actuellement à près de 350 $. Il fut à plus de 400 $. À la mi-janvier, il valait environ 20 $. Et pendant l’été, 5 $. Tout cela pour dire que ces jeunes qui ont une position GME, pour leur immense majorité, pourraient vendre et s’asseoir sur d’énormes profits. Mais ils ne sont pas rassasiés. Ils veulent voir des têtes tomber. Pour la première fois de l’histoire, des particuliers ont trouvé le moyen de faire trembler Wall Street. Et plus beau encore, ils le font sur son terrain, avec ses propres armes.

Bien entendu, ce casino est truqué, il y a peu de chances pour que cette rébellion change fondamentalement les règles. Je pense qu’ils le savent, mais ils n’abandonnent pas. Ils veulent infliger un maximum de dégâts au nom de leurs principes. À ce titre, ils méritent plus que notre respect.