La planche à billets mène toujours au désastre

La planche à billets mène toujours au désastre

0

Planche-A-BilletsDans ce papier publié sur KWN, Robert Fitzwilson  nous explique que malgré de nombreux échecs, on tente une nouvelle fois de sortir de l’ornière économique via la planche à billets. Le résultat est connu d’avance. Robert Fitzwilson :

On attribue à Aristote d’avoir défini les fondements de la méthode scientifique, même si lui et ses élèves n’ont jamais conduit d’expérience de cette nature. Ce sont des esprits inquisiteurs, comme ceux de Ptolémée, qui ont mis en principe le concept de sciences.

La méthode scientifique commence avec une question du genre : « existe-t-il une façon idéale de conduire la politique monétaire » ? Ensuite, on émet une hypothèse, comme : « imprimer de l’argent à l’infini amènera à la prospérité universelle ». La 3e phase consiste en une prévision, comme « le plein-emploi, une économie forte, une inflation basse et le bien-être de tout un chacun ». Dans la 4e phase, on vérifie si le monde réel reflète la prévision de l’hypothèse.

Durant les 100 dernières années, une vaste expérience sur base de la méthode scientifique a été appliquée aux politiques monétaires. On peut dire que désormais, nous sommes de la 4e phase, celle de la vérification.

Le verdict est sans appel : c’est l’échec. En fait, les gens familiers avec l’histoire économique savent pertinemment que cette expérience a été tentée à de multiples reprises, par différentes entités. Tous ces échecs sont clairement documentés pour quiconque cherche à savoir.

À vrai, la méthode scientifique n’est même pas nécessaire. Avec un peu de bon sens et d’expérience, on peut déduire que le test échoue à chaque fois. Pourtant, nous continuerons de faire la même expérience en espérant un résultat différent. Des actes répétés qui mènent à un échec en espérant le contraire… C’est la définition même de la folie.

La semaine dernière, les chiffres immobiliers américains ont été un véritable désastre. Personne ne semble comprendre pourquoi, alors que c’est si simple : les revenus baissent alors que les taux remontent. Plus personne n’achète. En ce qui concerne les taux, la Fed les laisse volontairement remonter un peu, devant pratiquer désormais la politique du moins pire. Elle le fera jusqu’à ce qu’elle perde totalement le contrôle.

Faire tourner la planche à billets n’a jamais marché

Faire tourner la planche à billets, d’évaluer la monnaie n’a jamais marché et ne marchera jamais. Le seul résultat possible, c’est le chaos. Les gens parlent d’hyperinflation, mais nous préférons parler d’hyperdévaluation des monnaies papier : une chute vertigineuse de la monnaie par rapport aux avoirs tangibles. Comme le dit Egon von Greyerz, ce n’est pas l’or qui monte, mais la monnaie papier qui descend.

Un certain moment, celles-ci ne vaudront plus rien. Si l’ascension se fait de façon linéaire, les lois de la gravité rendent la chute bien plus terrifiante. Il reste très peu de temps pour convertir vos devises papier sans valeur en actifs tangibles.