Le pétroyuan est né

Le pétroyuan est né

0

Article de ZeroHedge (traduction condensée), publié le 9 juin 2015 :

« La mort du pétrodollar et l’éventualité de l’hégémonie du yuan sont selon nous les 2 éléments critiques pour comprendre les changements géopolitiques et économiques à venir. En novembre dernier, nous avions expliqué comment le pétrodollar a commencé à mourir à petit feu, soit un système qui a permis d’asseoir la dominance du dollar durant les dernières décennies. (…)

La chute des cours du brut a accéléré le début de la fin du pétrodollar alors qu’en 2014 les pays de l’OPEC retiraient des marchés des fonds pour la première fois depuis près de 2 décennies  (voir ci-dessus). (…)

Dès novembre, les statistiques de SWIFT indiquaient que 15 nouveaux pays avaient rejoint le club des nations qui utilisent le yuan dans plus de 10 % de leurs échanges avec la Chine. (…) Plus tôt durant ce même mois, la Chine et la Russie avaient indiqué qu’à l’avenir, de plus en plus d’échanges entre les 2 pays seraient conclus en yuan. (…)

Aujourd’hui, Gazprom confirme l’émergence du pétroyuan en annonçant que depuis le début de l’année toutes les ventes de pétrole à la Chine sont facturées en yuan (ou renminbi). L’information a été rapportée par le Financial Times, qui a écrit :

« Le 3e producteur de pétrole de Russie facture désormais toutes ses ventes de brut à la Chine en renminbi. Il s’agit de la preuve la plus flagrante que les sanctions occidentales n’ont fait qu’accélérer l’adoption du yuan par les sociétés russes.

Les patrons russes avaient discuté de la possibilité de se détourner du dollar en faveur du renminbi alors que le Kremlin entamait son pivot vers l’Asie, une politique étrangère décidée en partie en raison des sanctions économiques occidentales contre Moscou à cause de son intervention en Ukraine mais jusqu’à maintenant il y avait très peu de clarté concernant les volumes d’échanges en yuan.

Gazprom Neft, le bras pétrolier du géant étatique Gazprom a déclaré vendredi dernier que depuis le début de l’année 2015, toutes ses exportations en provenance du pipeline « est de la Sibérie océan Pacifique » sont facturées en renminbi.

Les exportations de pétrole russe étaient essentiellement facturées en dollars jusqu’à l’été de l’année dernière lorsque les États-Unis et l’Europe ont imposé des sanctions au secteur énergétique russe en raison de la crise ukrainienne. (…)

D’après les résultats trimestriels de Gazprom, ce pipeline représente 37,2 % des exportations de la société. »

Russie-exportation-petrole-chine

Ce qui signifie que le pétroyuan est né. Si le FT note également que « les autres groupes énergétiques russes ont été plus réticents à abandonner le dollar », le fait que les producteurs russes considèrent désormais ouvertement la même transition alors que les politiques américains et européens évoquent de nouvelles sanctions économiques signifie que l’adoption du renminbi pourrait se renforcer à l’avenir. (…)

En bref, les sanctions économiques contre la Russie ont poussé les producteurs à facturer leurs exportations de brut en yuan alors que la quote-part du pétrole russe dans les importations chinoises de brut augmente. En attendant, avec la baisse du cours du pétrole conjuguée à la sortie de pétrodollars du système financier pour la première fois depuis 18 ans, si les prévisions de Goldman sont correctes, l’apport net en pétrodollars pourrait chuter de 900 milliards de dollars dans les 3 années à venir. (…) »