L’or à 6 000 dollars vers 2025 ? Pas farfelu si l’histoire se répète

0
1822
lingotins d'or de 50 grammes, 20 grammes, etc.

Alors que la FED vient de relever son taux directeur de 0,25 %, la question que nous devrions nous poser est « où en sommes-nous dans le cycle économique », afin de nous préparer et d’identifier les opportunités pour le futur.

Une première chose est certaine : nous ne sommes plus dans l’environnement accommodant perpétuel que nous avons connu durant ces 7 dernières années. La FED a indiqué qu’elle souhaite procéder à 2 relèvements additionnels de taux en 2018, tout en suggérant qu’une 4e hausse était possible en fonction de l’activité économique. (…)

Aujourd’hui, nous allons tenter d’identifier où se trouvent les marchés américains dans le cycle économique traditionnel, ainsi que les choses à surveiller dans le futur immédiat.

Un cycle économique typique peut habituellement être identifié en inspectant 2 composantes de l’économie : les prix des obligations et des matières premières. Lorsque celles-ci baissent, le cycle économique est souvent à mi-chemin, ou tire vers la fin de sa phase d’expansion. Les traders doivent donc continuer de parier sur la hausse. Lorsque les matières premières et les obligations augmentent, le cycle économique est considéré au milieu ou à la fin de sa phase de contraction.

Cycle économique

Sur le graphique simple ci-dessus d’un cycle économique classique, on peut voir que les plus hauts des marchés sont souvent précédés par une hausse des matières premières et des obligations. Si on observe le prix mondial des matières premières durant ces dernières années, on voit rapidement qu’elles ont été récemment à des prix historiquement bas, ce qui veut dire que l’on pourrait assister à une augmentation importante des cours des matières premières, ce qui serait l’un des signaux indiquant que nous approchons de la fin de la phase d’expansion. Cette phase d’expansion des matières premières s’est achevée à la fin 2014 alors que le pétrole était déprimé et que les banques centrales du monde commencèrent à réduire leur création monétaire. Récemment, juste avant les élections américaines de 2016, le prix mondial des matières premières a atteint un plus bas depuis 2004/2005 pour depuis repartir à la hausse.

Matières premièresNous sommes donc déjà les témoins d’un signal clé indiquant le plafond d’un cycle, la hausse des matières premières. Il faut désormais observer les obligations, qui devraient baisser.

Les hausses de fin de cycle sont également traditionnellement identifiées par un rally des métaux précieux alors que les craintes d’atteindre un plus haut ou de connaître une correction de fin de cycle sont de plus en plus prononcées. Durant ces derniers mois, nous avons averti que nous pourrions connaître une vague 3 de hausse à la fois pour l’or et l’argent. De nombreuses personnes, et même des traders, ignorent quelles pourraient être les conséquences d’un tel mouvement, potentiellement substantiel. La dernière hausse des métaux précieux entre le krach de 2009 et le précédent a provoqué une progression d’environ 78 à presque 435, soit une hausse de 557 % en seulement 7 ans.

À quoi ressemblerait un tel mouvement aujourd’hui ? Est-il probable ? Serait-il extraordinaire ?

L’or a clôturé aujourd’hui à 1332,5 dollars. Une hausse de 250 % propulsera le métal jaune a 3331,25 dollars. Une hausse de 350 % à 4663,75 dollars. Un bond de 450 % à 5996,25 dollars. 6000 $ l’once de métal jaune, est-ce bien raisonnable ? C’est une possibilité vu que certaines configurations des marchés ont engendré une telle dynamique, notamment après 2002. Cela dépendra de la façon dont le plus haut se terminera, ainsi que du niveau de peur des marchés.

Alors que la FED relève son taux directeur, de plus en plus de consommateurs seront poussés dans leurs derniers retranchements financiers, ce qui engendrera un certain niveau de contraction économique. C’est comme si la FED ne comprenait pas les conséquences de ses politiques sur l’offre et la demande. Alors qu’ils augmentent les taux afin de couper l’herbe sous le pied de l’inflation, ils ne comprennent pas que de nombreux emprunteurs ne peuvent se permettre des taux qui grimpent si rapidement. Durant ce processus, de nombreux emprunteurs verront leur maison être saisie, ou feront même faillite alors que la Banque centrale américaine tente de normaliser les taux. (…)

Nous disposons néanmoins de nombreux mois pour affiner notre compréhension de la situation et développer des stratégies. (…)

Article de Chris Vermeulen, publié le 21 mars 2018 sur TheTechnicalTraders.com